Immersion laotienne


Immersion #1

Marché, marcher le long du Mékong. Enfin une légère brise ! Il fait une chaleur étouffante. Je suis hébergée chez un oncle que je ne connais pas, dans une maison où ma mère a vécu jusqu'à son mariage. Vientiane, la ville où mon grand frère est né. Ici sont mes racines. Sur la route, on ressent cette volonté de reconstruction avec les restes de colonisation qui s'estompent. Sur ce marché, le " made in China " est omniprésent. Les codes sont les mêmes qu'en Occident : les cours de gym en plein air, la pop américaine, les fringues, Nike et Adidas comme des repères, les faux Vuitton et même les trous dans les jeans ! Sur cette promenade, on croise des gens riches comme des gens pauvres. Les enfants viennent réclamer de l'argent ou à manger quand on est à la terrasse d'un restaurant. Cela semble tristement normal pour tout le monde ! Ils me rappellent ces petits Brésiliens que j'observais à Iguazu, au nord de l'Argentine. Ceux-ci viennent de Thaïlande d'après ce qu'on me dit. Ils ont la peau plus foncée, signe de pauvreté. Les gens aisés se protègent du soleil et se promènent avec des ombrelles. Comme en France, les gens " bronzés " peuvent déranger. Chaque histoire frontalière se ressemble, avec la même problématique.


Immersion #2

Toute ma vie, j'ai vu ce temple orner le mur du salon de mes parents. Le voici en vrai, en grand, encore plus doré que sur la photo vieillie que je connais. Il est véritablement peint de la même manière partout ! Aujourd'hui, une femme a voulu me vendre un oiseau enfermé dans une cage à la sortie du temple. Mais pourquoi ? Visiblement " pour le mérite ". J'aurais pu lui acheter juste pour " lui rendre sa liberté " par exemple ? Peut-être qu'i aurait été là mon mérite. Le silence est roi autour de nous, ce qui est plutôt plaisant. J'ai, comme accompagnatrice et charmante guide,  une jeune fille de 21 ans, installée chez mon oncle pour poursuivre ses études dans la capitale. Elle me promène partout en scooter, sans casque, en roulant à la manière laotienne. Eux me disent que les Français ont de la chance de s'habiller " free style " dans les écoles (ils portent l'uniforme : chemise blanche obligatoire et  bleue les lundis et vendredis). Pour ma part,  je pense que leur façon de conduire est aussi " free style " que la manière dont nous nous habillons ! Je goûte à l'expérience du véritable massage laotien, avec Magic fingers qui me grimpe carrément dessus ! Je lui ai donné ce surnom car malgré les douleurs extrêmes, elle a su dénouer tout mon corps et m'a fait oublier la chaleur pesante le temps d'une heure dans l'obscurité. L'immersion a véritablement commencé.


Immersion #3

Aujourd'hui, on m'apprend que Vientiane n'avait pas vécu un tel pic de chaleur depuis seize ans ! Je tiens bon : je bois des litres d'eau toute la journée ! Les temples sont une belle alternative pour échapper par moments à ce climat. Ceci dit, c'est au Buddha Park que j'ai pris le plus de plaisir. D'une parce qu'en face, de l'autre côté du Mékong, je vois la Thaïlande, le pays de ma naissance. De deux, parce que nous nous sommes arrêtés manger un repas très populaire dans une gargote de bord de route poussiéreuse, où, encore une fois, le contraste est rude avec ses palaces qui côtoient la pauvreté extrême. En trois, je trouve que ce lieu est magique. L'Enfer fait face au Paradis, le jardin est magnifiquement bien entretenu et il fait bon s'y promener avec les papillons, passer du soleil à l'ombre, s'asseoir, manger une glace, monter au Paradis quitte à se faire très peur (les marches sont d'une étroitesse absolue !), admirer la vue plongeante, faire la même en face : entrer en Enfer, se sentir cloisonné, se cogner la tête, arriver au sommet, respirer, prendre l'air, admirer la vue, attendre la fermeture. Par dessus tout, les statues sont sublimes, immenses, impressionnantes. Il faudra vraiment que je lise un jour un recueil évoquant l'histoire de ce parc car malgré ma double culture, il y a des représentations que je n'ai jamais vues, ni même aperçues. Xien Khuan est le nom original de ce lieu et se situe à 25 km à l'ouest de Vientiane. Il vaut réellement le détour.